Quand la fin d’année rime avec don aux associations


Finances personnelles, Indépendance financière / mercredi, décembre 12th, 2018

achievement blur charity collaboration

La richesse n’a jamais été une fin en soi… en tout cas, à choisir, je préférerai la richesse du coeur.

C’est ainsi que de manière régulière, je partage un peu de mes subsides avec des associations qui me parlent.

Chaque euro compte, on peut donner 2€, 10€, 100€… de manière ponctuelle ou récurrente. C’est selon tes envies et ton budget.

Incitation fiscale au don

Cette générosité est accompagnée niveau fiscalité par une réduction d’impôt sur le revenu.

Pour les associations qui assurent la fourniture gratuite de repas ou de soins médicaux ou qui favorisent le logement de personnes en difficulté, en France et à l’étranger, c’est 75% de réduction d’impôt sur une enveloppe limite déterminée. Pour les sommes versées en 2017 cette limite était de 531 € soit une réduction d’impôt maximale de 398 €. Au-delà de cette enveloppe, le taux de 66% s’applique jusqu’à 20% du revenu imposable.

Pour les organismes d’intérêt général, ce qui inclut :

  • œuvres ou organismes d’intérêt général présentant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la valorisation du patrimoine ou à la défense de l’environnement ;
  • associations ou fondations reconnues d’utilité publique ;
  • associations cultuelles ou de bienfaisance autorisées à recevoir des dons et legs.

C’est 66% de réduction d’impôt dans la limite de 20% du revenu imposable.

A savoir que les montants au-dessus des limites sont automatiquement reportés sur les années suivantes.

Pourquoi donner ?

Pour beaucoup, les associations font un véritable boulot utile, voire indispensable pour la société. Il est rare que les adhésions et les subventions publiques / privées suffisent à soutenir l’existence de telles structures.
La disparition de l’ISF (impôt sur la fortune) a un impact défavorable sur les dons qui tendent à s’amenuiser. Les plafonds étaient en effet plus imposants et incitaient au don. Malgré la reprise du principe dans le calcul de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), il y a fort à parier que des associations ne passent pas l’hiver. En effet, il y a moins de contribuables imposés à l’IFI qu’à l’ancien ISF.

A qui donner ? Plusieurs sites pour trouver celle qui correspond à tes critères, Aquidonner.com, Allo Don pour ne citer que celles-ci. Le cas échéant, rendez-vous sur le site de l’association que tu souhaites soutenir, rubrique Dons.

Des associations que je soutiens ou que j’ai soutenues : Restos du Coeur, Croix-Rouge Française, la Ligue contre le Cancer, l’Institut Pasteur et Handicap International.

J’ai également donné à des sites de presse indépendants via HelloAsso.

Je suis très vigilante sur la manière dont l’association va utiliser cet argent, et ça commence par les sollicitations qui suivent le don. L’essentiel devrait être, selon moi, le compte rendu d’activité de l’année écoulée, la manière dont l’argent a servi et les projets à venir. J’ai mal au coeur quand je vois le budget passé sur des goodies et des courriers à n’en plus finir.

Quand donner ? Au plus tard le 31 décembre de l’année, le reçu fiscal faisant foi. 

Quid du prélèvement à la source ?

Si tu es un.e habitué.e des dons aux associations, sache que si tu as effectué un don en 2017, tu recevras un acompte de 60% de la réduction d’impôt le 15 janvier 2019. Les 40% restants seront restitués en septembre selon ta déclaration de revenus en mai / juin 2019.

Si tu donnes pour la première fois, n’oublie pas de déclarer ton don en mai / juin 2019, tu auras ta réduction d’impôt en septembre 2019.

Donner, c’est d’abord un geste de solidarité : la fiscalité, c’est la cerise sur le gâteau !

Alors, tant qu’à laisser de l’argent dormir sur ton compte courant, vas-y, donne.

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com