L’épargne salariale, un canal à investir pour vos placements


Indépendance financière, Investissements / mercredi, novembre 21st, 2018

chart data desk document

Si je te dis intéressement, participation, ça te parle ? Aujourd’hui je te propose d’explorer le monde de l’épargne salariale, pleine d’atouts et d’avantages. Si ton entreprise a une telle offre et que tu n’en profites pas encore, il est temps pour toi de t’y intéresser.

L’épargne salariale a été créée il y a plus de 50 ans sous la férule de Charles de Gaulle (ça date !). L’idée initiale était de proposer aux salariés d’une entreprise un système d’épargne collectif. 
De nos jours, ce dispositif est entré dans les usages et fait partie des arguments attractifs de rémunération pour les candidats à l’embauche, et de fidélisation pour les salariés.

Derrière l’épargne salariale, on dénombre plusieurs formules :

  • la participation aux bénéfices : une partie du bénéfice de l’entreprise est reversée aux salariés
  • l’intéressement : on intéresse les salariés avec une prime à la performance de l’entreprise, selon des indicateurs définis. Un accord d’intéressement reprend les termes, les conditions de déclenchement, etc
  • l’actionnariat salarié (par achat d’actions, d’options, ou par attribution d’actions gratuites) : que l’entreprise soit cotée ou non, son capital est par ce biais partagé avec les salariés de l’entreprise. En fonction de leur poids, ces derniers peuvent alors prétendre à une représentation aux instances de gouvernance de l’entreprise (conseil d’administration le plus souvent) en tant qu’actionnaire salarié.
  • les plans d’épargne salariale en tant que tel : ils viennent en supports de placement, tenus par des gestionnaires d’actifs (Amundi, BNP, Axa, etc), peuvent héberger sur des fonds dédiés la répartition des participations, intéressements, titres distribués par l’entreprise.
    Ces supports sont la plupart du temps des actions en direct, des SICAV monétaires voire des OPCVM pour chercher de la performance (avec le risque associé).
    Le plan d’épargne salarial se trouve derrière les acronymes PEE pour Plan d’Epargne Entreprise, PEI pour Plan d’Epargne Interentreprise, PERCo pour Plan d’Epargne Retraite Collectif. Sa forme sera fonction de l’environnement et les contraintes de l’entreprise.

A savoir : seuls 16 % des salariés des entreprises de moins de 50 salariés sont couverts par au moins un dispositif d’épargne salariale. S’agissant de l’intéressement, c’est le cas de seulement 20 % des salariés des entreprises de 50 à 99 salariés et de 35 % des salariés des entreprises de 100 à 249 salariés. Source.

Pourquoi s’intéresser à l’épargne salariale ?

Les sommes et/ou titres versés dans ce cadre le sont en plus du traitement salarial de base. C’est le meilleur moyen de se constituer gratuitement une épargne moyen terme et une nouvelle opportunité de diversifier ses investissements.

Attention : toutes les conditions fixées doivent être impérativement réunies pour permettre le déclenchement des sommes et/ou titres versés dans ce cadre. Le cas échéant, et comme l’épargne salariale n’est pas un élément de rémunération obligatoire, il faut plutôt le voir comme une cerise sur le gâteau que comme un élément récurrent de revenu.

L’intéressement, la participation et le plan d’épargne salarial bénéficient d’une exonération de cotisations salariales pour l’employeur et le salarié. L’employeur a donc un intérêt certain à utiliser ce système.

Lorsque les fonds sont bloqués pour 5 ans (au minimum, sauf pour le PERCo qui se débloque à la retraite uniquement), il y a une exonération d’impôt sur le revenu pour le salarié. 

Selon la qualité des fonds disponibles, il y a un potentiel rendement à la sortie, déduit des prélèvements sociaux. A regarder de près : la notation de risque, la composition du fonds pour envisager la volatilité possible, comme en Bourse.

Pour inciter à l’usage du plan d’épargne salarial, l’employeur peut proposer un abondement : selon les critères définis par lui, il peut participer à l’augmentation du montant investi par le salarié. Un de mes anciens employeurs proposait ainsi un abondement de 30% d’une partie de l’intéressement placé sur le PEE, avec un plafond maximum.

En gros, si tu ne devais retenir qu’une chose :
Intéressement et/ou Participation + Abondement = JACKPOT !

A suivre en 2019

La loi PACTE va apporter quelques changements substantiels et profitables sur l’épargne salariale, pour en citer quelques unes :

  • promotion et incitation à la mise en place de l’actionnariat salarié, avec entre autres un abondement unilatéral de l’employeur sur la distribution de titres de la société
  • développement de l’intéressement et de la participation par la suppression du forfait social, selon certaines conditions
  • abaissement du plafond de salaire pour la répartition de la participation, à 3 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale
  • sortie en capital du PERCo et non plus seulement en rente viagière

Autant de nouvelles occasions pour jeter sérieusement un oeil sur ce dispositif qui va se démocratiser avec le temps.

Et toi, est-ce que tu as une épargne salariale ? L’utilises-tu ?

Photo de Lukas sur Pexels.com