Placer son argent : l’effet boule de neige des intérêts composés


Indépendance financière / mercredi, août 15th, 2018

achievement-bar-business-chart-40140.jpeg

Générer des revenus grâce aux intérêts des intérêts, ou intérêts composés, c’est possible ! C’est une mécanique assez simple, mathématique, et une fois acquise, elle devrait te faire réfléchir sur la pertinence de garder ton excédent d’argent sur un compte courant.

Pour rappel, l’investissement par le placement financier rémunère en appliquant un taux d’intérêt à la somme placée.

Que ce soit par l’épargne, l’assurance-vie, la bourse, le taux proposé dépend de plusieurs facteurs : la composition du support, le risque associé, l’horizon de placement…

Si le taux d’intérêt est annuel, les intérets calculés Ic au bout de l’année considérée sont ensuite intégrés dans ton capital K.

Pareil l’année suivante, puis la suivante, puis la suivante… Cela fonctionne de la même manière si les intérêts sont comptabilisés tous les 6 mois, tous les 3 mois.

Si on voulait formuler ce phénomène par une équation, on pourrait la résumer ainsi :

K(1+Ic)n = Kn

En pratique, prenons une assurance-vie dont la performance moyenne serait de 6%, avec une partie en fonds euros et une autre en unité de comptes.

Si on place 5000 euros pendant 8 ans :
5000 * (1+((5000*0,06)/5000)8 =5000 * (1+0,06)8 = 7969,24

Voilà, en ne faisait rien d’autre que de placer ces 5000 euros au départ, il y a eu un gain mécanique de 2969,24 euros soit 59%.

La même somme sur le Livret A ? Sous réserve que le taux ne descende pas plus bas que les 0,75% actuels (au 1er août 2018) :
5000 * (1+((5000*0,0075)/5000)8 =5000 * (1+0,0075)8 = 5307,99

Et maintenant, le compte courant : 0% tout le temps
5000 * (1+((5000*0)/5000)8 =5000 * (1)8 = 5000

Tout est dit ? Tout ou presque, il y a un autre levier pour maximiser l’effet boule de neige et viser ton objectif de capital plus rapidement.

Augmenter régulièrement son capital

Tout ce qui peut grossir le capital placé et soumis aux intérêts va décupler l’effet.

Reprenons l’exemple précédent : 5000€ placés sur une assurance-vie avec une performance moyenne de 6%.

Le simple fait d’adjoindre aux 5000 euros de départ, une épargne de 100 euros par mois sur cette assurance-vie, soit 1200 euros par an, va permettre de gagner à terme 30% par rapport à une épargne identique laissée en compte courant.

En 3 ans, avec les 100 euros par mois en plus, le capital sur l’assurance-vie est doublé, alors que pour atteindre le même résultat sur le compte courant, il faudra patienter 4 ans.

En 8 ans, ton capital de départ a quadruplé. 400%, alors qu’en réalité tu n’as placé que 300% de l’ensemble:  les intérêts composés ont fait le reste.

Une image vaut mieux que tous les discours, je t’ai mis ci-après un graphique récapitulatif

graph-interetscomposes-independantefinancierecom.png

L’argent travaille pour toi, à condition de ne pas retirer les intérêts une fois versés ! Il faut savoir être patient pour que l’effet boule de neige joue à plein.

Penser à l’inflation

Dans le calcul du rendement réel, l’inflation a un impact direct sur le taux d’intérêt qui peut devenir négatif.

Pour apprécier le résultat de son placement, il faut donc intégrer l’inflation constatée chaque année après la capitalisation des intérêts.

Reprenons notre exemple au bout de 8 ans en assurance-vie dans la formule « 5000 euros de capital de départ + 100 euros d’épargne mensuelle », j’obtiens 20555 euros de capital.
Si j’ai une inflation moyenne de 2% sur la période, je pourrai acheter pour 18342 euros avec mes 20555 euros capitalisés.

D’où l’importance de bien regarder le taux d’intérêt ET l’inflation quant au choix du support pour tes placements financiers.

Et toujours garder en tête le couple performance/risque.

Est-ce que cela t’a convaincu de ne plus laisser l’argent dormir sur ton compte courant ? N’hésite pas à m’en parler en commentaires ! 

Photo by Public Domain Pictures on Pexels.com